Conjoncture économique

Published on 2016年 9月 13日
Conjoncture économique

Un pouvoir d’achat en hausse


Le Gouvernement poursuit sa politique de relance. Le principal objectif de ce plan du Premier ministre Abe, inédit par sa taille, reste avant tout la restauration de la crédibilité des Abenomics (De retour au pouvoir en 2012, Abe théorise un redressement du Japon au moyen de ce qu'il appelle les trois flèches : une politique monétaire très accommodante et audacieuse, une relance budgétaire et une stratégie de croissance à long terme. Il marque par ailleurs un changement de cap du gouvernement qui repousse à une date ultérieure l’objectif de consolidation budgétaire pourtant nécessaire au regard de la dette publique (dette brute de 248% du PIB).


Le gouvernement prévoit un stimulus budgétaire de l’ordre de 20 000 Mds ¥ (171 Mds €) contre 10 000 Mds¥ (85,5 Mds €) annoncés précédemment, soit 4 points de PIB, afin d’accélérer l’inflation et de compenser l’effet négatif du « Brexit » sur l’économie japonaise. Ce montant couvre cependant des projets pour les années fiscales 2016 et 2017. La plus grande partie du plan concerne en effet la modernisation des infrastructures (8 300 Mds ¥ (71Mds €)) – le MLIT (ministère des Territoires, des Infrastructures et des Transports) souhaitant promouvoir le« développement des infrastructures du 21ème siècle » – en particulier l’extension de la ligne de train à sustentation électromagnétique (Maglev) Tokyo-Nagoya jusqu’à Osaka (3 000 Mds ¥ (25,7 Mds €)), les environnements portuaires et aéroportuaires stratégiques autour de Tokyo, l’amélioration de la résistance aux séismes des milieux scolaires et l’augmentation de l’offre hôtelière et d’auberges traditionnelles (« ryokan »). Par ailleurs, le plan prévoit 6 000 Mds ¥ (51,3 Mds €) de prêts à taux réduit « zaito » supplémentaires et 3 000 ¥ (25,7 Mds €) qui seront octroyés sur les réserves de change à la JBIC (Japan Bank for International Coopération) pour faciliter le financement en devises des entreprises japonaises. Le stimulus pourrait être augmenté en fonction des discussions entre le gouvernement, le PLD (Parti Libéral Démocrate) et son allié le Komeito. Sources : The Mainichi, Nikkei (JP).


La capitalisation boursière de Nintendo a doublé entre le lancement de l’application mobile Pokémon Go aux Etats-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande le 6 juillet et le 19 juillet, pour atteindre jusqu’à 42,5 Mds US$, soit plus que celle de Sony. La sortie très attendue du jeu au Japon le 22 juillet, peu de temps après la sortie européenne, s’accompagne par ailleurs de l’annonce du premier partenariat commercial. Les 3 000 restaurants McDonald’s du Japon accueillent ainsi des points de collecte virtuels dans le cadre du jeu. Reste à savoir si l’engouement va perdurer. En effet certaines critiques émergent de la part des utilisateurs : jeu trop répétitif, dangerosité (accidents impliquant des utilisateurs peu attentifs à leur environnement, etc.) et des millions de désabonnements ont déjà été constatés. A suivre    (Sources : The Verge, Fortune (1 & 2), Niantic, Pokemon Go real time stats).