2. Conjoncture touristique – Le retour des Japonais en France

2. Conjoncture touristique – Le retour des Japonais en France

Lettre de Veille Japon Septembre 2017

 

Alors que le Japon n’a jamais attiré autant de touristes, les Japonais reviennent en France même si un retour à un niveau proche de 2013-2014, objectif affiché des voyagistes japonais, n’est pas à envisager avant 2018.

 

Effets d’un yen relativement bas, d’une montée en puissance des flux touristiques asiatiques et d’une attractivité croissante du Japon en tant que destination touristique, le tourisme Inbound vers l’archipel continue à progresser en 2017. Après une troisième année consécutive record en 2016 avec plus de 24 millions d’arrivées de touristes étrangers (+ 24% versus 2015), l’objectif de 40 millions fixé à l’horizon de l’année olympique 2020 semble plus que jamais accessible. Sur les 7 premiers mois de l’année en 2017, les arrivées continuent en effet à progresser même si à un rythme légèrement moins soutenu. Plus de 16 millions de touristes étrangers se sont déjà rendus dans l’archipel entre janvier et fin juillet 2017, soit une augmentation de 16,7% par rapport à la même période en 2016. Principaux pourvoyeurs en volume et en progression, les pays asiatiques, au premier rang de laquelle les Sud-Coréens (+ 42,8% depuis le début de l’année) et les Chinois (avec une progression moins forte, +6,7%), suivis par Taiwan et Hong Kong. A eux quatre, ces marchés constituent près de 75% de la clientèle touristique étrangère au Japon. Les Européens sont également de plus en plus nombreux à se rendre au Japon. Ils représentaient près de 6% des arrivées en 2016, avec un peu plus d’1,4 million de touristes dont plus de 253 000 Français (+18,3% versus 2015) et sont déjà 6,7% de plus qu’en 2016 sur les 6 premiers de l’année (Chiffres : Sources JNTO – Japan National Tourism Organization).

 

Cette augmentation des arrivées françaises au Japon a cependant un effet pervers car elle a été concomitante avec une année particulièrement compliquée en 2016 pour les flux touristiques du Japon vers la France. L’outbound vers la France baissant depuis les premiers attentats en 2015 (dès ceux de Charlie Hebdo), la voilure des flottes des 3 grandes compagnies aériennes assurant des vols direct vers la France JAL, ANA et Air France, a logiquement été réduite en 2016. Les arrivées de Japonais en France ont repris depuis la fin 2016 mais la capacité n’a pas suivi, les compagnies n’ayant pas anticipé ce retour, par prudence et pour permettre un yield (revenu moyen unitaire) plus élevé. Résultat : une proportion croissante de Français dans les avions, et donc moins de places pour les Japonais et par conséquents des prix plus élevés, une situation handicapante, notamment pour toutes les agences  avec des groupes de milieu de gamme de taille importante.

 

Concernant justement les flux outbounds, l’année 2016 a vu plus de 17,1 millions de départs de Japonais à l’étranger, soit une augmentation de 5,6% par rapport à 2016. Cette augmentation a principalement bénéficié à certains pays voisins en Asie comme la Corée, Taiwan ou la Thaïlande et dans des volumes moins importants, mais avec une très nette croissance, à l’Australie et à la Nouvelle Zélande. Cette progression des sorties se confirme sur les 7 premiers mois de l’année 2017 avec une augmentation de 6,7% par rapport à l’année 2016. Mais si, principalement en raison des attentats, les Japonais ont boudé une partie des pays européens en 2016, ils sont de retour en 2017 en France et en Europe. Les premiers chiffres disponibles annoncent une augmentation des arrivées de Japonais sur le premier semestre 2017 en région Paris Ile-de-France de 40,9% (+ 59 000 arrivées), soit 204 000 arrivées dans la région sur les 6 premiers mois, replaçant le Japon dans le Top 10 des clientèles internationales (Sources : INSEE-DGE- CRT Paris Ile-de France DGE). Ces chiffres sont certes à prendre avec pondération car  ils suivent une baisse de 41,2% de fréquentation des Japonais dans la région en 2016, mais ils manifestent d’une tendance très encourageante confirmée par la majorité des voyagistes japonais. Selon les agences, les prévisions oscillent entre un retour entre 80% et 100% du niveau de 2015 dès la fin de cette année.

 

Même si une étude menée cette année en collaboration entre le Comité Régional du Tourisme de Paris Ile-de-France et Atout France a montré que la clientèle japonaise était de loin la nationalité la plus sensible à l’insécurité, les  dernières attaques sur le sol français ou européen, certes de moins grande ampleur, ont eu un impact très limité, que ce soit sur les réservations futures ou sur les annulations. Cela peut s’expliquer par deux facteurs : d’une part les voyageurs japonais se rendant en France depuis 2015 sont a priori les plus résilients au contexte d’insécurité, d’autre part il y a probablement un effet d’accoutumance, chaque nouvel attentat ayant un effet plus diffus que le précédent.

 

A horizon 2018, la tendance est donc positive, les agences et tour-opérateurs ont globalement augmenté et diversifié leur programmation, les Japonais reviennent mais la baisse de l’offre de sièges en desserte aérienne directe et le yen dévissant légèrement par rapport à l’euro sont différents éléments incitant à éviter tout triomphalisme.